L’Office du Tourisme

L’Office du Tourisme

Saint-Barthélemy – Saint-Barth pour les intimes – ne ressemble à aucune autre île des Caraïbes.
Perdu au nord de l’arc antillais, ce confetti de terre française, accidenté et sec, donc peu propice aux cultures, connut d’abord la pauvreté. Tout changea en 1785 lorsque l’île devint un port franc… suédois. Elle le demeura près d’un siècle, s’imposant alors au 10e rang des villes les plus peuplées du royaume scandinave !
Rétrocédée à la France en 1878, Saint-Barthélemy se rendormit, jusqu’à ce qu’un certain Rockefeller y débarque un jour de 1956. Tombé sous le charme de cette île pas comme les autres, il attira dans son sillage nombre de grandes fortunes.

Et voici aujourd’hui Saint-Barthélemy consacrée île des milliardaires et des stars ! Au Nouvel An, leurs yachts envahissent le charmant petit port de Gustavia, tandis que les hôtels 4 et 5 étoiles, souvent alanguis le long de plages superbes (malgré quelques arrivages de sargasses ici comme ailleurs), attirent tout l’hiver une clientèle privilégiée, en majorité américaine, soit environ 400 000 visiteurs par an au total.

Pourquoi cet engouement ? Pour le plaisir de fouler le sol de cette « petite France » des Caraïbes, idéalisée et (presque) idéale. Pour la beauté revêche et hors du temps de ce lieu hostile au tourisme de masse, où les nombreuses villas construites au fil des années n’ont (heureusement) pas le droit de dépasser la hauteur d’un palmier. Fruit de ce choix et de l’isolement, la vie est chère à Saint-Barthélemy (+ 25 % par rapport à la métropole). Mais les habitants résidant sur l’île depuis plus de 5 ans, eux, ne paient pas d’impôts. Le tourisme assure à tous un train de vie confortable dans un cadre privilégié.

Site officiel de l’office du tourisme : http://www.saintbarth-tourisme.com